Le petit train de Palavas

A partir du milieu du XIXème siècle, la mode des bains de mer fait du petit village de pêcheurs de Palavas une destination prisée des Montpelliérains. Son accès n’est possible que par une route de terre, boueuse et inondable par temps de pluie, sans ombre en été (les premiers platanes seront plantés en 1875). De plus, il faut franchir 2 ponts à péage.

Le projet initial de ligne ferroviaire de 1856 emprunte uniquement la rive droite du Lez, mais il est abandonné, car peu rentable en raison du coût de la construction.

En 1868, le projet retenu fait passer la ligne en grande partie sur la rive gauche du Lez ce qui permet de desservir le village de Lattes et la partie la plus peuplée de Palavas.

La ligne est à voie unique avec des voies de garage à plusieurs emplacements pour laisser passer notamment les trains de marchandises. La distance de 11,5 km est effectuée normalement en une demi-heure, arrêts compris.

Le chantier débute en juin 1869 et l’inauguration de la ligne a lieu le 5 mai 1872. Elle connaît un succès immédiat, puisqu’elle transporte 130 844 passagers, durant les 3 premiers mois. Le maximum sera de 2 millions par an.

Quatre classes de tarifs ont existé : la classe A équivalente à la première classe, la classe B équivalente à la deuxième classe, la classe C était une voiture du matin et du soir où les chasseurs étaient autorisés à embarquer avec leurs chiens, la classe D était affecté au transport des bagages.

Les premiers passagers du train dès 6 heures du matin étaient les poissonnières (reconnaissables aux paniers en osier qu’elles transportaient sur leur tête) qui allaient vendre en ville les prises de leurs époux.

A partir des années 1950, les 5 lignes de la Compagnie d’intérêt local sont concurrencées par l’automobile, d’autant que la route de Palavas à Montpellier est refaite. Néanmoins, elle sera la dernière des lignes de la compagnie héraultaise à être fermée.

La locomotive 81 qu’on peut admirer au rond-point de la route de Palavas, devant la médiathèque Federico Garcia Lorca, est devenue monument historique.

« Le petit train » immortalisé par Albert Dubout effectuera son dernier voyage le 31 octobre 1968. En 96 ans d’exploitation, il aura transporté environ 60 millions de voyageurs.